Histoire en wallon :                Nonor èt l’vî curé

02/04/2019

L'istwère su passe i-n-a dèdja bin dès ânèyes è-n-on p'tit viyèdje là qu'les manèdjes sont rapoûlés åtoû d'une pitite èglise èt dèl manhon comeune. Fatalemint, è viyèdje, tot l'monde su c'nohe.

Lu vî curé est st'on vî brave ome qui, èl vèye da « Moncheû tot l'monde » sèreût dèdja pensioné duspôy' lôtimps. Mins vola, on priyèsse èl dumeure djusqu'a l' fin du s'vèye èt nosse vî curé chève sès parwassiens, èt ossu tos les-cis qui n'vont måy' à mèsse, dè mî qui pout. I-n-a qu'on p'tit dèfåt : il est on pô roûvisse.  

E trèvin d'one mèssse, il lî arive co bin d'roûvî on passèdje ou bin du dire deûs fèyes lu minme priyîre. Lu pus côpliqué por lu, c'est l'prétche : i lî arive du s'cumahî, du rèpèter deûs fêyes lu minme afaîre, du s'arèter èt du n'pus saveûr çou qu'i vout dire. Les parwassiens lî pardonèt bin voltî cès p'tits dèfåts, rèspèctant s'grand adje èt s'djintiyèsse avou tot l'monde.Nonor, lu, c'est st'on grand dadê. I-è-nn-a dès-cis qu'èl nomèt « Lu sot Nonor », mins i n'est nin sot come on l'pôreût creûre, il est on pô simpe, prindant tot çou qu'on lî dit po l'veûr, duhant tot haut çou qu' tot l'monde direût tot bas. Si d'monéve à Stimbiet, on lî dîreût d'aler pèhî l' leune å grand vivî avou one banse sins cou, èt il ireût.

L'afaîre su passe on dîmin à l'grand-mèsse. Come d'åbitude, lu p'tite èglise est règôdèye dusqu'å pwertå (çu n'est nin come oûy'). Tot va bin dusqu'å moumint là quu l'vi curé môte al purlôtche èt s'apôtèye à prétchî. I tape on côp d'oûy' so l'assimblèye, fait l'sène du creû èt ataque su sèrmon : « È l'Évangile on nos djåse dès miråkes quu Jésus a fait. Dju v's'è-nn-è va racôter onk ! ». Lu vî curé s'arèstèye on tot p'tit moumint, puis ruprind : « Mådjinéz-ve quu Jésus a neûri sept djins avou trêus mèyes pans et treûs mèyes pèhons ! »

Tot l'monde su r'louke sins wèzeûr dire on mot ; tot l'monde, såf Nonor qui, come s'il èsteût assiou s'on r'sôrt, su lîve tot-d'one-pèce èt s'mète à brêre : « Hê-la, moncheû l'curé, si v'noumez çoula on miråke, dj'è-nn-åreût bin fait ot'tant ! ». Samerou d'vins l'èglise, on tape dès gros neûres ouy's å grand dadê d'Nonor : « Cumint n'èsse-t-i nin hôteûs du r'prinde ainsi nosse bon vî curé ? » « I freût toplin mî du d'moni è s'tchambe ».

« Hoûte bin, Nonor, t'as pièrdou one ocåsion du t'taîre. Tu n'ès qu'on vårin » èt dj'è-nn-è passe. So l'timps qu l'Nonor su fait enguirlandé d'tot l'monde, lu vi curé, qui s'a rindou côte qu'a dit one bièstirèye, sowe à grossès gotes èt nu sét cumint s'î prinde ni qwè dire. I-n' troûve qu'one solution : i radhind dè l'purlôtche, è-nn-è r'va à l'åté, èt côtineuwe lu mèsse come si n's'aveût rin passé. Å moumint d'dire « ite missa est », i tape on sospîr du binåhisté (èt tos lès fidéles ossu) si bin quu l' « deo gratias », on l'rawåde todis.

Tote lu saminne, on n'djåsa quu d'çoula : quu çu seuye å cafè dè l'plèce, amon l'boldjî, al famacerèye, èt minme amon l'docteûr, lu Nonor prindéve su pènêye.

Lu dîmin d'après, nos r'trovans tot l'monde è l'èglise. Lu curé va prétchî, tot l'monde ratind si alène. Après l'sène du creû, i tape on cô d'ouy' po vèyî si l'Nonor est là (il est bin là), adon il ataque su prétche : « Dju v'va racôter on grand miråke da Jésus. Mådjinève qu'il a neûri treûs mèyes djins avou céq pans èt deûs pèhons ».

Adon, ruloukant vès l'Nonor, i lî dit: "alors gros malin, on såreût co fé parèye?"

Et l'Nonor du rèspôde : « Djè l'vous bin creûre, avou çou qui d'meûre dè l'saminne passèye... »